Hélène Caussignac

Helene Caussignac

Niveaux de conscience et vibrations

Tel que nous le connaissons, notre monde est gouverné par des lois physiques, ce qui donne l'impression que tout est prévisible et que, de notre monde, il est possible de tout connaitre. Tout ce que la science (notamment la physique classique) explique, et une grande partie de ce que la pensée commune appelle « le bon sens » provient de ce que nous savons de ce plan physique.
Pourtant, en réalité, il y a plusieurs niveaux de conscience et d’existence.
Le premier niveau que nous percevons est effectivement physique ou matériel, c'est le monde visible que nous connaissons et que nous appelons le « réel ». Il comprend toutes les choses que l'on peut voir, entendre, goûter, sentir, éprouver physiquement. Dans ce domaine, physique le temps parait s'écouler en une ligne droite, du passé au présent et vers le futur. Dans le monde physique, tout a donc un commencement, un milieu et une fin, et tout est donc par conséquent changeant et impermanent. Comme l’a dit Bouddha, « Il n’existe rien de constant si ce n’est le changement. »

Au second niveau de l'existence (et de la conscience, même si, paradoxalement, on n’en a pas conscience justement) dans le domaine quantique, tout est information et énergie, rien ne peut être touché ni perçu par aucun des cinq sens. Notre conscience mentale, du moins la partie de nous qui nous sert de référence pour ce que l'on pense être notre « soi », fait partie du domaine quantique – même si, bien évidemment, on n'y pense jamais de cette manière.
En réalité, le monde physique est une manifestation de l'énergie et de l'information qui, elles, sont contenues dans le domaine quantique. La célèbre équation d'Einstein « E = MC² » dit simplement que l'énergie est égale à la masse (M) multipliée par la vitesse de la lumière (C) au carré, ce qui signifie en réalité que la matière et l'énergie sont une même chose sous des formes différentes. Au niveau quantique tout ce que nous percevons comme des objets solides font en fait partie d'un champ d'énergie collectif. Si nous avions un sixième sens « quantique » capable de percevoir les fréquences (ce qui en réalité est le cas, même si la science actuelle ne l’explique pas et que la majorité d’entre nous n’en avons pas actualisé la connaissance) nous nous rendrions compte que tout ce qui existe, nous y compris, fait en fait partie d'une énorme « soupe quantique » qui, à chaque instant, s’agglomère d'une certaine manière pour former le monde physique tel que nous le voyons avec nos yeux.
Le troisième niveau d'existence est celui de l'intelligence universelle (ou la conscience pure), c'est du potentiel pur et c'est de là que l'information et l'énergie du niveau quantique proviennent. C'est cette intelligence pure, omnisciente et omnipotente, qui organise tout ce qui existe. Ce niveau d'existence, que l'on pourrait appeler le domaine « non localisé », car il n'est pas « quelque part », il est à la fois nulle part et partout, crée l'énergie du niveau quantique, l’organise et la synchronise ensuite pour, à partir de lui, créer le monde physique.

Les philosophies orientales, le Vedanta, le Bouddhisme, le Tao, le Zen, et beaucoup d’autres, le savent depuis des millénaires, et disent que tout ce que nous vivons sur cette terre est une illusion, parfois appelée « Maya ». Ce terme peut être mal interprété, cela ne signifie pas, comme c’est parfois compris, que les choses, la réalité matérielle, n’existent pas. La réalité matérielle que nous expérimentons existe, ce qui relève de l’illusion, c’est la manière dont nous la percevons, et il serait peut-être plus juste de dire que ce que nous percevons de la réalité n’en est qu’une apparence, une partie seulement. Pour la grande majorité des humains, nous comprenons la réalité matérielle, les formes que nous percevons avec nos sens physiques, comme étant tout ce qui existe, ce qui équivaut à ignorer l’essence même de la vie manifestée, et passer totalement à côté de la source de celle-ci. La(les) manifestation(s) de la vie est(sont) réelle(s) bien sûr, mais leur réalité profonde est insaisissable par les sens humains, chaque personne, chaque objet physique, du point de vue de l'éternité, n'est qu'une petite goutte d'eau dans un océan d’énergie sans limites.


La physique quantique, rejoignant ainsi ces philosophies, a donc expliqué de manière scientifique, que dans la nature, tout est énergie. Nous sommes, comme tout ce qui existe, constitués d’atomes, ces atomes s’attirent et vibrent les uns avec les autres, ce qui constitue notre réalité. Chaque chose, lieu, objet, plante, animal, être humain, est porteur d’une énergie particulière, aussi appelée vibration. Cette vibration énergétique, qu’on peut aussi nommer taux vibratoire, se mesure en Unités Bovis (ou UB, de l’invention du radiesthésiste français Alfred Bovis). En permanence, nous émettons ces vibrations, et sommes en relation avec celles de notre environnement. Le taux vibratoire d’un humain est fluctuant et peut changer selon l’état d’être, le niveau de stress, les personnes et les objets qui l’entourent, le lieu où il est, ses actions et ses pensées. On émet donc en permanence une vibration. Et en retour, on reçoit sur la même fréquence, selon le même principe que la radio.

Pour simplifier les choses, on peut dire qu’il y a au cœur d’un être humain, deux dimensions, qui correspondent à deux grandes fréquences de vibration : la dimension de l’intelligence universelle, qui est la réalité ultime, qui est transcendantale et éternelle car non soumise au temps, dont la vibration est « haute », c’est la vibration de l’être et de l’amour, et la dimension de la vie terrestre, qui est la réalité relative de l’instant, fait partie des énergies du plan de la vie manifestée, celle du monde matériel qui est impermanent et mortel, dont la vibration est « basse » et, c’est la vibration de l’ego et de la peur.

L’humanité dans son ensemble a jusqu’ici toujours vécu désespérément accrochée à la dimension de l’égo, dans l’inconscience de la dimension transcendantale et presque totalement « endormi » vibratoirement parlant. On ne se rend pas compte qu’ainsi on tue son ressenti et avec lui, la vie elle-même. On ne se rend pas compte que cette manière de fonctionner nous mène, de manière évidente, à notre perte. Quand la vie nous rend malade pour nous délivrer un message, on n'écoute pas le message et on prend des médicaments pour supprimer le symptôme et ne plus l’entendre. Quand les évènements de notre environnement nous délivrent, sous forme d’expériences qui nous arrivent, des messages évidents, on ne les écoute pas davantage, préférant croire que c’est « la faute de la malchance », du hasard, ou d'un dieu vengeur qui nous punit d'une faute originelle totalement imaginaire.
Mais cet état de fait n’est pas irrémédiable, bien au contraire, la dimension de l’être est disponible ici et maintenant, et pour toujours. En réalité, nous fonctionnons tous grâce à la vibration de l’intelligence universelle (c’est elle qui prend forme en nous) et elle est bien plus puissante que la vibration matérielle des formes incarnées sur cette terre ou ailleurs.
C’est l’évolution spirituelle (le fait d’avancer dans l’éveil à la dimension supérieure de la conscience et donc à l’amour véritable) qui fait augmenter le niveau de vibration d’une personne. Notre libre arbitre nous offre le choix entre la peur et l’amour. Et, même si la condition humaine nous apprend en premier lieu la peur, nous sommes tous ici pour apprendre à sauter le pas, et nous en libérer pour choisir enfin l’amour.

Generic placeholder image

Voir la Video sur YouTube