Hélène Caussignac

Helene Caussignac

Bonheur - 11 mars 1985

Un sentiment abstrait que le cœur emprisonne
Dans la cage dorée de son espoir tremblant
Un idéal fragile un écho qui résonne
Et qui s'enfuit toujours puisque écrit sur du vent.
J'ai vu l'amour briller dans des regards d'enfants
Et ces mêmes regards déchirés par la haine
Rien n'est certain et juste tout change au fil du temps
Sauf certains sentiments que le destin ramène.
Le bonheur c'est aussi de la sérénité
Une feuille d'automne, un bourgeon du printemps
C'est un oiseau qui chante par une nuit d'été
C’est un songe effacé dans un matin d'argent.
Donnez l'amour qui pleure et la joie de l'instant
L'espoir n'est jamais vain et le ciel est tranquille
L'amour dans un regard qui efface le temps
Rien n'est plus déchirant qu'un sentiment fragile.
Le bonheur est si simple et pourtant si précaire
Il suffit d'un hasard pour nous le révéler
C'est une sensation qui peut-être éphémère
Il suffit d'un futur pour la perpétuer.